Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Bandeau Fauchage 2012

Étudier l’impact du fauchage sur la biodiversité

Environnement • La Ligue pour la protection des oiseaux, en partenariat avec le Conseil Départemental, va effectuer le suivi sur trois ans de la biodiversité le long de routes départementales et communales.

En novembre 2013, le Conseil Départemental lançait un appel à projets "biodiversité dans l’Yonne". Sur 27 projets déposés,14 ont été adoptés, dont trois présentés par la Ligue pour la protection des oiseaux- Agir pour la biodiversité Yonne (LPO). L'un d'eux, mené en partenariat avec le service d’entretien des routes du Conseil Départemental, consiste en un suivi sur trois ans de la biodiversité le long de tronçons du réseau départemental et communal.

Cette étude permettra de mesurer l’impact du fauchage raisonné choisi par le Conseil Départemental. A-t-il favorisé la création de zones refuges dans les milieux de grandes cultures ? A-t-il permis de diminuer l’implantation des espèces exotiques et la mortalité de la petite faune ? Favorise-t-il la biodiversité de la flore et de la faune ?

Trois milieux : bocage, forestier et céréalier

Plusieurs groupes animaux et végétaux vont être passés à la loupe par la LPO : flore (inventaire sur des surfaces prédéterminées), faune (amphibiens, reptiles, coléoptères, gastéropodes… cachés sous des planchettes de bois posées au sol), insectes et papillons (suivi des passages autour des 1er juin, 5 juillet et 10 août). Les animaux morts (amphibiens, blaireaux ou autres) seront signalés.

Trois milieux vont ainsi être étudiés : bocage, forestier et céréalier ; accotement, fossé, talus et premiers mètres du terrain avoisinant (haie, prairie, culture, bois…). L'expérimentation a commencé en mars et se poursuivra jusqu’à septembre, pour reprendre en février 2016 puis 2017. Vous avez peut-être déjà aperçu la signalétique mise en place sur les sections (700 m) choisies, informant automobilistes et promeneurs. À signaler : il s’agit d’une première en France !

Fauchage ATR

Un fauchage raisonné dans l’Yonne

  • Mai Passe de sécurité : fauchage des accotements sur une largeur d’outil ou jusqu’au fossé si la largeur de l’accotement estinférieure à la largeur de l’outil ; traitement des points singuliers (carrefours, intérieurs de courbes de petits rayons,signalisation verticale…). La passe de sécurité est effectuée quand l’herbe atteint 40 à 50 cm de haut et se répète autantde fois que la repousse est supérieure à 40/50 cm.
  • De fin mai à fin août Passe d’entretien à plat (jusqu’au fossé sans le traiter) et fauchage sous glissières.
  • À compter du 1er septembre Fauchage des fossés, talus, haies et débroussaillage sans les accotements (sauf nécessité).

Depuis 2015, la LPO(1) effectue de mars à septembre un suivi de la biodiversité sur 6 tronçons de 700 m (3 sur routes départementales et 3 sur routes communales) répartis dans trois milieux caractéristiques du département – grande culture, bocage et forêt –, afin de mesurer l’impact de cette gestion différenciée. Cette étude(2) sur trois ans porte sur la flore (hauteurs moyennes et maximales, proportion plantes à fleurs/graminées, nombre de pieds d'espèces invasives et liste des espèces rencontrées), la faune (petite faune au sol, insectes, papillons, amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères) et la mortalité due à des collisions avec des véhicules.

Sabine Mongeot, chargée d’études à la LPO, a déjà relevé 5 394 données (une espèce, un lieu, une date), qui seront analysées au terme des trois ans. Les jumelles en bandoulière et l’oreille aux aguets, elle a relevé la présence de 64 espèces d’oiseaux dans l’ensemble des trois milieux, dont 53 dans le bocage, le milieu le plus riche en biodiversité faune et flore. Ce matin de juin, au milieu de la forêt le long de la RD 84 à quelques kilomètres d’Arces-Dilo(3), elle soulève une planchette en bois (18 sur l’ensemble des tronçons) et rentre les données sur sa tablette : "On observe deux fourmilières avec leurs œufs, deux lombrics, deux gloméris (des mille-pattes), un cloporte". Au-dessus se promène un opilion (faucheux) tandis que deux espèces de syrphes (mouches déguisées en abeille et en guêpe) vont et viennent.

L’inventaire de la faune fait, elle étudie la flore dans un quadrat d’1 m2 (10 par tronçon), notant au passage les indices de présence (ici une coulée de sanglier). Orchidées, cornouiller sanguin (qui produit des fleurs attirant les insectes et donc leurs prédateurs, puis des petites baies qui attireront d’autres oiseaux), plantain, trèfles (que viennent butiner les papillons), graminées (qu’apprécient les oiseaux), légumineuses (dont les racines fixent l’azote de l’air)… les informations se succèdent et dans le silence de la forêt chacun prend sa place dans la chaîne de la vie.

(1) Ligue pour la protection des oiseaux - Agir pour la biodiversité. Tél : 03 86 42 93 47. Courriel : yonne@lpo.fr
(2) Qui s’inscrit dans l’un des deux appels à projets lancés par le Conseil départemental dans le cadre de la politique des Espaces naturels sensibles  .
(3) Les deux autres sites étudiés : Villiers-sur-Tholon (grande culture) et Moulins-sur-Ouanne (bocage).

Page mise à jour le mardi 12 juillet 2016

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site