Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Service Routier Départemental

Le Conseil départemental gère et entretient 4 850 km de routes.

Réseau routier

Été comme hiver, les agents sillonnent le département pour surveiller, réparer, renouveler…

Toujours sur les routes, pour la bonne circulation des Icaunais

8° indiqués au thermomètre. 0° en froid ressenti… Au bord de la RD 51 entre Fleys et Tonnerre, dans un vent glacial, l’équipe chaussée de l’Agence Territoriale Routière de Tonnerre effectue du calage de rives. L’opération consiste à déposer des gravillons pour combler la marche qui s’est creusée entre la route et l’accotement, afin d’éviter que des véhicules ne risquent d’être déportés par surprise. Pendant que, panneaux en main, deux agents gèrent la circulation alternée pour assurer le passage des automobilistes en toute sécurité, le camion grue déverse lentement le matériau le long du tronçon de route à traiter. Les gravillons sont ensuite répartis à la pelle puis tassés à l’aide du compacteur par Florian Troissin et Philippe Lecourieux.

L’eau, ennemi n°1

Le calage de rives est l’une des nombreuses missions du service routier départemental… "La route a deux grands ennemis, explique Sylvain Seigneur, le directeur du Pôle Aménagement du Territoire. Le premier est l’eau. L’eau a une force phénoménale : à partir du moment où il y a une fissure dans la chaussée, elle s’y insinue et ne cesse de l’agrandir, affaiblissant au passage la structure. En période de froid elle gèle, gonfle(1) et décohésionne l’ensemble. Lors du dégel, cette surabondance d’eau fragilise la chaussée ou le sol support". D’où parfois la nécessité de mettre en place des barrières de dégel (voir ci-dessous).

Lors de la construction ou de l’entretien des routes, les agents doivent donc veiller à ce qu’elles soient partout pentues avec un drainage sur le côté pour éviter la stagnation de l’eau, s’assurer que le revêtement est étanche ; et si, malgré ces précautions, l’eau parvient à s’insinuer, prévoir son évacuation depuis toutes les couches de la structure… Deuxième ennemi des routes : le trafic des camions. "Le passage d’un poids lourd équivaut à celui de 500 000 à 1 million de véhicules légers, indique Sylvain Seigneur. La chaussée est un capital de passages d’essieux lourds : chaque fois qu’un camion passe, il lui supprime un peu de capital". D’où la nécessité de le reconstituer avec un entretien régulier.

Une saisonnalité des travaux

En hiver, les phénomènes agressifs se multiplient. Le gel fragilise la route dès lors qu’il y a introduction d’eau ; et l’humidité change la nature du sol et donc sa capacité à admettre des charges, entraînant faïençages et orniérages… C’est également la période où les agents ne peuvent pas effectuer de travaux de voirie, du fait du manque d’efficacité des méthodes d’intervention. Les travaux d’entretien et de renouvellement de chaussées sont donc effectués entre mars et novembre(2), période de canicule exceptée (les matériaux restent souples sous l’effet de la chaleur et ne se mettent pas en place). Nouvel ennemi des routes, à mettre à l’actif du réchauffement climatique, la chaleur peut aussi provoquer un affaiblissement des structures en place, entraînant l’apparition d’orniérages. S’ils n’effectuent pas les travaux de revêtement durant l’hiver, les agents travaillent à une multitude d’autres tâches : assainissement de plates-formes, curage de fossés, saignées, busage, remplacement de panneaux, pose de glissières de sécurité, entretien des ponts (nettoyage de joints de chaussée, vérification des évacuations d’eau, de l’étanchéité de la toiture-terrasse, des garde-corps, désherbage, etc.)… Et bien sûr, assurent le bon déroulement du dispositif de viabilité hivernale .

(1) Lors de la congélation, l’eau interstitielle des terrains avoisinants est aspirée vers les cristaux de glace en voie de croissance (cryosuccion).
(2) Par les six Agences Territoriales Routières (Auxerre, Avallon, Joigny, Tonnerre, Toucy et Sens), ou pour les plus lourds par l’Agence Territoriale Routière Spécialisée d’Appoigny.

Gel et dégel

Sous l’effet d’un gel intense, un sol dans lequel de l’eau s’est infiltrée gonfle. Lors du dégel, ainsi aéré et déstructuré, gorgé d’eau, il ne possède plus ses conditions de portance habituelles. Le Conseil départemental peut alors décider de placer des "barrières de dégel" interdisant la circulation aux poids lourds le temps que la structure de chaussée retrouve des capacités portantes correctes. Pour s’assurer de la solidité des routes, le laboratoire départemental effectue des tests de déflexion : il mesure en différents points l’enfoncement de la chaussée au passage d’un camion, le point zéro étant déterminé juste avant l’hiver. Les routes hors gel (généralement les routes à grande circulation) ont une épaisseur de chaussée suffisante pour que le gel n’arrive pas dans le sol support. Mais leur coût est beaucoup plus onéreux.

En chiffres

  • 215 km renouvelés en 2015.
  • 367 agents au service routier.
  • 16,2 millions d’euros de budget.

3 QUESTIONS À...

Christophe Bonnefond

Christophe Bonnefond, vice-président du Conseil départemental, président de la 3e commission des infrastructures et des travaux, conseiller départemental du canton Auxerre 3 (Est)

  1. Comment le Conseil départemental gère-t-il son réseau routier ?
    Nous cherchons à assurer la longévité des routes, et faisons le choix du revêtement le plus adapté et le moins onéreux par rapport à l’utilisation attendue. Tous les matériaux récupérés sont recyclés. Les finances départementales sont très tendues et malgré la diminution des ressources venant de l’État, le Département fait de son mieux pour assumer l’ensemble de ses compétences. Les agents ont un calendrier d’interventions défini annuellement, sauf urgence bien entendu.
  2. Comment est défini ce calendrier annuel ?
    Chacune des six Agences Territoriales Routières repère ses priorités, qu’elle transmet au programmateur Christophe Francomme. Celui-ci effectue ensuite une synthèse en fonction des budgets dont nous disposons pour assurer le renouvellement des chaussées. Au mois de novembre, nous faisons le tour de l’ensemble des agences. Ce qui nous guide est le souci d’assurer la pérennité de l’ensemble des routes et d’offrir aux Icaunais un réseau stable, en état et sécurisé.
  3. En quoi la prévention est-elle importante ?
    Si nous ne traitons pas les problèmes dus à l’eau et au trafic dans un délai raisonnable, nous devons ultérieurement supporter plus de dégâts et donc un coût plus élevé. Chaque geste est important. Un agent qui enlève des végétaux sur un pont par exemple, allonge sa durée de vie, source d’économies, en empêchant l’eau de s’infiltrer par les racines, motif de détériorations significatives. Les agents effectuent comme ça une multitude d’interventions qui ne sont pas spectaculaires, mais très importantes.
  • Portraits

    Florian Troissin, Agent d'équipe chaussée et Philippe Lecourieux, Chef d'équipe chaussée à l'Agence Territoriale Routière de Tonnerre - Christophe Francomme, Responsable de la programmation des travaux routiers.

    Portraits SRD

Page mise à jour le mercredi 08 juin 2016

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site