Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Mettre la personne handicapée au cœur de son projet de vie

Personnes handicapées

Le Conseil départemental consacre 50 millions d’euros au handicap. Il accueille également la Maison départementale des personnes handicapées.

Le Conseil départemental joue un rôle majeur dans la mise en œuvre des missions sociales concernant les enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées et en difficulté sociale. Il y consacre plus de la moitié de son budget et de son effectif, soit plus de 211,6 millions d'euros en 2015. 50 millions d’euros sont dévolus au handicap, dont près de 40 millions d'euros au titre de l'aide sociale. Le nombre de demandes déposées à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) est élevé : 82 pour 1 000 habitants, alors que ce taux varie de 26 à 84 dans les autres départements (chiffre 2013). Cette situation s'explique notamment par la persistance d'un contexte économique défavorable qui incite les personnes à solliciter les aides. L’Yonne compte ainsi un nombre de bénéficiaires de l’Allocation aux adultes handicapés et de pensions d'invalidité supérieur à la moyenne nationale.

La notion de parcours essentielle

Le projet de loi relatif à l'adaptation de la société au vieillissement et celui sur la modernisation du système de santé invitent à la convergence et au rapprochement des politiques d'autonomie en direction des personnes âgées et handicapées. Ils préconisent la mise en place d'une offre de service global et d'évaluation adaptée aux besoins des personnes et encouragent la mutualisation des moyens et des compétences présentes sur le territoire. "La plus grosse difficulté que nous rencontrons à l’heure actuelle est d’éviter les ruptures dans les parcours de vie des personnes handicapées, souligne Guillaume Marion, le directeur Autonomie Handicap Dépendance du Conseil départemental, directeur de la MDPH. Les progrès de la médecine et l’amélioration des conditions d’accueil ont augmenté l'espérance de vie, et elles doivent parfois être accompagnées jusqu’à leur entrée en établissement spécialisé ou en maison de retraite. Pour cela, la MDPH doit passer d’une mission d’orientation administrative à une mission d’accompagnement individualisé. Il faut s'inspirer de l'accompagnement pour les personnes âgées mis en place par la MAIA (1) pour l’adapter à tous les champs du handicap. La notion de parcours est essentielle". Afin d'accompagner cette démarche, le Conseil départemental vient d'être retenu comme territoire pionnier de l’action "zéro sans solution" pour les personnes handicapées, jeunes comme vieillissantes. Éviter les ruptures en laissant le choix entre le domicile et l'établissement, c'est offrir un projet de vie aux personnes. "Pour cela, le partenariat doit être le cœur de toutes nos missions", ajoute Guillaume Marion.

Décloisonner le handicap

Handicap

La MDPH et le Conseil départemental travaillent en collaboration avec les autres départements bourguignons en vue d'améliorer l'accès aux services et aux établissements, sans distinction du handicap et de l'âge. Autre priorité : décloisonner le handicap. Les initiatives existent. Le festival Handy’Art , qui présente des œuvres réalisées par des personnes en situation de handicap, est une étape dans l'ouverture au grand public. L’EPNAK (Établissement public national Antoine Koenigswarter) a ouvert en Puisaye des commerces tenus par des personnes en situation de handicap, participant là au maintien de la vie dans les territoires ruraux. "C’est un bel exemple de la façon dont les personnes en situation de handicap peuvent être pleinement acteurs de la société, estime Guillaume Marion. Grâce à elles, des commerces voués à la disparition ont été maintenus et les produits locaux ont trouvé des circuits courts de distribution". Des initiatives qui repoussent les clichés sur le monde du handicap…

(1) Méthode d’action pour l’intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’autonomie pour les personnes âgées.

Les chiffres 2014

  • 51000 personnes ayant des droits ouverts à la MDPH, soit plus de 14 % de la population : 4 801 bénéficiaires d’une pension d'invalidité,
  • 7 262 bénéficiaires de l’AAH (Allocation aux adultes handicapés),
  • 1 160 bénéficiaires de l’AEEH (Allocation d’éducation de l’enfant handicapé),
  • 581 bénéficiaires de l’ACTP (Allocation compensatrice pour tierce personne),
  • 1 064 bénéficiaires de la PCH (Prestation de compensation du handicap),
  • 1 036 enfants scolarisés en milieu ordinaire 
  • 793 enfants scolarisés en milieu spécialisé

LA MDPH : UNE PORTE D’ENTRÉE UNIQUE

MDPH

La Maison départementale des personnes handicapées a été instaurée par la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Elle regroupe l’ensemble des acteurs du monde du handicap. C’est un lieu d’accueil, d’information et d’accompagnement pour l’accès aux droits des personnes. Elle est installée à Perrigny et présidée par le président du Conseil départemental. Cinq antennes de proximité ont été créées en Puisaye, à Tonnerre, Joigny, Sens, Avallon. La MDPH reçoit et traite les demandes d’allocations, orientations et prestations. Celles-ci sont évaluées en fonction de leur catégorie par une équipe pluridisciplinaire d’évaluation et la décision est rendue par une commission départementale : la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées), composée de 23 membres dont 4 conseillers départementaux. Les prestations sont ensuite versées selon leur nature par le Conseil départemental, la Caisse d'allocations familiales ou la Mutualité sociale agricole. La MDPH a participé à l'élaboration du schéma départemental en faveur des personnes handicapées 2012-2017.

→ En savoir plus : www.mdph89.fr

3 QUESTIONS À...

Robert Bideau

Robert Bideau, Président de la 4e commission des solidarités départementales, vice-président du Conseil départemental, conseiller départemental du canton d'Auxerre 2

  1. Le regard sur le handicap a changé. Pour quelle raison ?
    Nous avons compris qu'il fallait mieux prendre en considération l'ensemble de la population. C'est en privilégiant la diversité que nous poursuivrons efficacement le développement de notre département. Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir vivre une citoyenneté pleine et entière avec, comme le précise la loi du 11 février 2005, un objectif visant à l'égalité des droits et des chances.
  2. Comment accompagner ce changement et l’amplifier ?
    Cela nécessite la création et la mise en œuvre d'outils efficaces. Parmi eux, le Schéma départemental des personnes handicapées 2012-2017 , document prospectif réalisé dans le cadre d'une démarche participative et partenariale avec l'Agence régionale de santé et les services de l'État. Avec ce schéma, voté le 31 mars 2012, commun aux adultes et aux enfants, nous avons dégagé quelques grands projets.
  3. Quelles sont ces projets ?
    La mise en phase de l'offre médico-sociale existante avec les besoins des personnes en situation de handicap ; la prise en compte des projets de vie personnels, l'accessibilité et l'insertion dans la vie sociale ; et la continuité des parcours de vie en accordant une importance particulière au vieillissement des personnes. Tout cela passe par de l’information, de la sensibilisation et de la coordination. 80 % des actions dites prioritaires du schéma sont réalisées ou en cours.
  • Zoom sur l'EPNAK, l'APAJH et l’APEIS

    Zoom et témoignages sur l'EPNAK (Établissement public national Antoine Koenigswarter), l'APAJH (Association pour adultes et jeunes handicapés) et l’APEIS (Association de parents et amis d’enfants inadaptés du Sénonais).

Page mise à jour le mardi 17 mai 2016

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site